«Christophe et l’écran magique»: un livret prévient les risques liés aux écrans pour les tout-petits

Après «Le Dimanche de Louis» en 2016, Action Innocence et la Ville de Genève éditent un second livret sur la pédagogie des écrans à l’intention des enfants fréquentant les structures d’accueil de la petite enfance. Cette fois le thème abordé concerne les contenus, parfois inadéquats, auxquels les plus jeunes peuvent être confrontés s’ils utilisent les écrans sans surveillance. 4800 exemplaires ont été distribués dans les casiers des tout petits avec un courrier explicatif pour les parents.

Texte
Image
Action Innocence

Dès le plus jeune âge l’enfant est désormais en contact avec les tablettes, smartphones et ordinateurs, sans compter la télévision. Et l’exposition à ces divers écrans n’est pas sans danger pour le développement des plus jeunes, surtout si elle est prolongée ou non encadrée. Les enfants ont donc besoin d’une pédagogie des écrans pour apprendre à maîtriser l’interprétation des images, parfois violentes, diffusées via les nouvelles technologies.

Le partenariat entre la Ville et Action Innocence a débuté en 2016 avec la publication d’un premier ouvrage sur l’hyperconnectivité «Le dimanche de Louis». Tout récemment 4800 exemplaires du livret «Christophe et l’écran magique», co-édité par la Ville de Genève et Action Innocence, ont été diffusés dans les structures d’accueil de la petite enfance. Ils s’accompagnent d’un courrier explicatif à l’attention des parents. Parallèlement un travail pédagogique sera entrepris dans les crèches avec les enfants, sur la base de ce livret. 

L’écran magique et l’attrape-peur

Le livret illustré «Christophe et l’écran magique» raconte les aventures d’un petit héros aux prises avec la tablette de son oncle. Il s’en échappe une foule d’images rigolotes, surprenantes ou parfois menaçantes. Et il suffit de toucher l’écran pour qu’elles disparaissent! Une manière ludique de rappeler que, sans la présence attentive d’un adulte, les enfants risquent de visionner des contenus inadéquats et de ressentir des émotions négatives dont la peur. Avec de réelles répercussions sur leur bien-être, comme la perte d’appétit, l’agressivité ou les troubles du sommeil.

Le livret s’accompagne donc d’une petite boîte, «l’attrape-peurs», où le jeune enfant peut symboliquement enfermer toutes ses peurs. Un ouvrage qui a pour vocation de sensibiliser parents et professionnel-le-s de la petite enfance à la nécessité d’accompagner les enfants dans la découverte et l’utilisation raisonnée des écrans. Des exemplaires peuvent être commandés auprès d’Action Innocence et des informations générales obtenues auprès du Service de la petite enfance dont les coordonnées figurent ci-dessous.

Contact

Service de la petite enfance

24 Avenue Dumas

1206

Genève

Suisse

Article modifié le 28.01.2019 à 17:17