Dispositif d’accueil de nuit: le financement de la Ville permet de surseoir à la fermeture des sleep-in

Le Conseil administratif de la Ville de Genève a accepté ce matin, sur proposition d’Esther Alder, de verser d’ici fin avril l’intégralité de la subvention d’un million figurant au budget 2020 de la Ville afin de permettre aux 6 sleep-in mis en place par le Collectif d’associations pour l’urgence sociale (CausE) de rester ouverts jusqu’à fin avril 2020. Cette décision ressort de la concertation qui s’est tenue avec le Canton, l’Association des communes genevoises (ACG) et le Collectif et permet de débloquer une situation délicate.

La Ville de Genève se félicite de la prise de conscience du Canton et des communes de la nécessité de se doter d’une base légale et prend note de l’engagement des différents partenaires d’assurer un financement partagé afin de pérenniser le dispositif d’accueil de nuit.

Le Conseil administratif réitère la proposition issue de la Commission sociale de l’ACG d’un financement conjoint de l’accueil d’urgence à parts égales entre le Canton et les communes. Cette proposition va donc être reprise dans le cadre des discussions qui s’ouvrent sous la houlette du Conseiller d’Etat Thierry Apothéloz.

La Ville, seule collectivité publique engagée à ce jour pour faire face à l‘urgence sociale

Pour mémoire, il faut rappeler que la Ville de Genève est la seule collectivité publique à prendre en charge, depuis 2001, un dispositif d’urgence sociale pour les personnes sans abri à hauteur de 13 millions de francs. Grâce au soutien du Conseil municipal, des avancées majeures ont été possibles et le dispositif d’hébergement d’urgence s’est fortement renforcé ces dernières années, passant d’un accueil hivernal à une prise en charge toute l’année des grands précaires, soit des personnes atteintes dans leur santé physique ou psychique, avec 50 places à l’abri PC de Richemont. Le soutien apporté par la Croix-Rouge genevoise et les HUG a permis de renforcer le suivi sanitaire des personnes, ainsi que leur retour à l’autonomie.

L’accueil hivernal est assuré dans deux abris PC, avec 150 places supplémentaires disponibles. Cette capacité d’accueil sera augmentée en cas de grand froid. Les personnes sont reçues et orientées vers le lieu le plus adapté à leur situation. Un repas du soir, un petit déjeuner, un accès aux soins d’hygiène, ainsi qu’un accompagnement social sont proposés.

A court terme, un déménagement des abris PC est prévu dans le centre de Frank Thomas. Les processus administratifs d’autorisation sont complexes mais il est très clairement envisagé, ce printemps encore, de proposer un accueil dans ce bâtiment en surface.

Il faut citer encore les tournées effectuées chaque nuit par des professionnels de l’action sociale qui vont à la rencontre des personnes dormant dehors.

Le crédit de 1,8 million voté par le Conseil municipal en 2019 a été affecté, d’une part au CausE pour le dispositif de nuit et, d’autre part, à l’Association Païdos pour la prise en charge des familles, avec 40 places  dans des appartements collectifs de la Fondation Emile Dupont.

La charge financière consentie par la Ville de Genève pour l’urgence sociale totalise 13 millions de francs, entre les prestations de jour et de nuit fournies par le Service social et l’ensemble des subventions aux associations actives dans l’aide aux plus démuni-e-s.

Compte tenu de son engagement financier et de son expertise reconnue dans ce domaine, la Ville de Genève entend participer au pilotage d’une politique publique qu’elle a largement contribué à développer ces dernières années.

Contact

Manuelle Pasquali de Weck

Adjointe de direction en charge de la communication

Tél. +41 22 418 49 13

Courriel

Télécharger la vCard

Article modifié le 22.01.2020 à 12:01