dessin turquoise et orange d'une ville

Dossier d'information Le changement climatique à Genève

Stratégie climat: mobilité

A Genève, l’omniprésence des transports individuels motorisés empêche un usage optimal de l’espace public et impacte fortement l’empreinte carbone. Une mobilité plus efficiente et un transfert vers des modes de déplacement actifs et partagés: telles sont les clés pour façonner la mobilité de Genève en 2030.

Stratégie climat - axe mobilité

Les déplacements à pied et à vélo sont nombreux à Genève, mais ils concernent le plus souvent des trajets courts. Les trajets longs, pour leur part, sont effectués en majorité en transports individuels motorisés.

Ce modèle de mobilité basé sur le «tout voiture» génère non seulement un volume important d’émissions de gaz à effet de serre (GES), mais aussi une détérioration de la qualité de l’air et une augmentation des nuisances sonores impactant ainsi la qualité de vie et la santé de la population.

Transformation de l'espace

Afin de réduire le trafic motorisé et limiter ses impacts négatifs, la Ville agira directement sur l’espace actuellement dévolu aux voitures et aux deux roues. Très concrètement, elle transformera une partie des chaussées et des places de stationnement en aménagements propices aux piétons et aux vélos, en espaces verts ou encore, en lieux récréatifs (terrasses, zones de jeux, etc.).

Soutien du transfert modal vers le vélo, la marche et les transports publics

En parallèle, elle soutiendra le transfert modal vers le vélo, la marche à pied et les transports en commun. Par rapport à ces derniers, elle actionnera tous les leviers dont elle dispose pour qu’ils deviennent encore plus abordables, performants et flexibles.

Electrification du parc automobile

Enfin, la Ville accompagnera l’électrification du parc automobile en cohérence avec l’objectif global à l’horizon 2030 de diviser par deux les distances parcourues en transports individuels motorisés.

La Ville agit

  • Développement et mise en réseau de zones piétonnes et de rencontre pour encourager la mobilité active et sécuriser les déplacements à pied;
  • Conversion de places de parking en espaces verts, piétonniers et/ou cyclistes;
  • Achat de véhicules à propulsion sobre en CO2 dans la perspective d’avoir, d’ici 2030, 50 % de la flotte de l’administration en électrique;
  • Valorisation des pratiques de mobilité active comme le vélo et la marche, avec l’amélioration qualitative du réseau cyclable et piétonnier;
  • Offre de transports publics efficace, flexible et accessible, axée sur les besoins pour encourager l’abandon de la voiture;
  • Renforcement des solutions de mobilité complémentaires notamment l’auto-partage.

Article modifié le 19.09.2022 à 18:00