Des gens tiennent les nouveaux panneaux de signalisation routière féminisés sur un passage piétons

Dossier d'information Objectif zéro sexisme dans ma ville

Agir sur les représentations et les symboles présents dans l'espace public

Noms de rues, panneaux de signalisation, statues: l’environnement urbain n’est pas neutre et les représentations symboliques dans l’espace public reproduisent souvent des stéréotypes de genre.

Dans le cadre du plan d’action «Objectif zéro sexisme dans ma ville», différentes mesures sont ainsi mises en place depuis 2019 pour agir sur les symboles présents dans les rues, promouvoir une représentation équilibrée des femmes et des hommes dans la ville et créer ainsi des espaces publics plus inclusifs. 

Féminisation des noms de rue 

Le constat de l’invisibilité des femmes dans l’espace public revient régulièrement dans les discussions autour de la manière dont les espaces urbains sont pensés et aménagés. Il se manifeste notamment à travers la sous-représentation des femmes dans les noms de rue attribués à des personnes. 

Suite au projet 100Elles * et à la motion M-2536  acceptée par le Grand Conseil en 2019, demandant le changement de dénomination de 100 rues genevoises dans un délai de trois ans, la Ville de Genève a profité de la Semaine de l’égalité 2020 consacrée aux enjeux de genre et de citoyenneté pour annoncer le dépôt d’un dossier à la Commission cantonale de nomenclature (CCN). Cette démarche visait à changer la dénomination de 16 rues, places, parcs et chemins sur le territoire municipal. 

Lors de sa séance du 26 août 2020, le Conseil d’Etat, sur préavis de la Commission cantonale de nomenclature, a accepté la féminisation de 10 noms de rues, parcs, places et chemins en Ville de Genève. Cette décision, symbolique et forte, a marqué une première étape vers plus de reconnaissance et de visibilité des femmes dans l’espace public. 

La deuxième étape du projet de féminisation des noms de rue a démarré en août 2021 avec l’annonce par la Ville de Genève de son intention de déposer un nouveau dossier à la CCN en septembre pour changer la dénomination de 14 rues et emplacements supplémentaires sur le territoire municipal.

Lors de sa séance du 9 mars 2022, le Conseil d’Etat, sur préavis de la Commission cantonale de nomenclature, a accepté la féminisation de 9 noms d’emplacements supplémentaires en Ville de Genève. Cette décision, symbolique et forte, marque une seconde étape importante dans le processus pour plus de reconnaissance et de visibilité des femmes dans l’espace public. 

Le 6 avril 2022, le Conseil d’Etat a accepté la féminisation d’un chemin supplémentaire sur le territoire de la Ville de Genève, le chemin Galiffe, qui deviendra chemin Annie-JIAGGE. Cette décision porte à 10 le nombre d’emplacements qui seront féminisés en 2022.

Les changements seront effectifs d’ici à la fin du mois d’août 2022. Les informations pratiques nécessaires pour les personnes et entreprises concernées par ces changements sont présentées ici.

250 panneaux de signalisation féminisés en Ville de Genève

Pour accroître la visibilité des femmes dans l'espace public, la Ville de Genève a changé, en janvier 2020, 250 panneaux signalant des passages pour piétons. Une déclinaison de six pictogrammes féminisés couvre désormais la moitié des panneaux où étaient représentés des personnages masculins.

Le remplacement de 250 panneaux - sur les 500 existants - a pour objectifs d'augmenter la visibilité des femmes dans la ville et de questionner les représentations des personnes légitimes à y évoluer. La signalétique routière étant très majoritairement masculine sous prétexte de neutralité, cette action est clé pour initier une réflexion sur la présence des femmes dans l'espace public. Il s'agit d'un projet pionnier en collaboration avec le Département des Infrastructures de l'Etat de Genève.

100Elles* 

Dans le Canton de Genève, en 2019, 548 rues portaient des noms d'hommes et 41 des noms de femmes. Les noms de rue attribués à des personnes sont pourtant choisis sur la base de deux critères seulement : il doit s'agir de personnes ayant marqué de manière pérenne l'histoire de Genève et décédées depuis plus de dix ans. Les hommes sont-ils les seuls à avoir contribué à l'histoire de Genève? Ou les femmes sont-elles les oubliées de l'histoire collective et des rues genevoises ? 

Le projet 100Elles* , mené par l’association féministe l’Escouade, en partenariat avec la Ville de Genève, vise à (re)donner leur place aux femmes dans l’histoire et dans l’espace public. 

Depuis le printemps 2019, cent femmes, remplissant les critères officiels pour obtenir une rue à leur nom, sont mises en avant dans la ville. Des plaques alternatives de couleur violette leur rendant hommage ont été installées sous les plaques officielles des noms de rue dans différents quartiers. Pour chacune de ces femmes, des historiennes de l'Université de Genève ont rédigé une biographie. Des visites guidées sont également proposées au public.

Article modifié le 25.05.2022 à 11:45