Cette page est également disponible en English !

Parc de l'Ariana

Parc Ariana

Situé à la lisière de l’ONU, le parc de l’Ariana offre une promenade paisible sous de beaux arbres, au milieu de prairies et de pelouses. Des parterres de fleurs généreux et des buis taillés élégamment décorent le plateau autour du flamboyant Palais de l’Ariana et de sa fontaine.

Article associé dans thèmes

Information importante en lien avec la situation du nouveau coronavirus: les regroupements de plus de 300 personnes sont interdits. De plus, une distance de un à deux mètres entre les personnes doit être respectées. Plus d'informations sur les mesures prises par les autorités

Equipements

Les WC publics les plus proches sont ceux de la Place des Nations.

Dans le parc, les chiens tenus en laisse ont accès aux chemins.

Histoire et aménagement

L’Ariana doit son nom à Gustave Revilliod qui en 1877 érige un musée, au style Renaissance italienne unique à Genève, qu’il baptise «Ariana» en hommage à sa mère Ariane de la Rive. Le bâtiment jouit alors d'une situation exceptionnelle, dominant le lac sans aucun voisinage bâti. Le Musée Ariana abrite initialement les collections encyclopédiques de Gustave Revilliod qui était notamment explorateur. Le parc fait alors partie de l’immense domaine de Varembé et s’étend de la route de Pregny jusqu’au lac à travers bois et vignes. À sa mort en 1890, Revilliod lègue la propriété à la Ville de Genève. Le morcellement du domaine commence au début du XXe siècle. En 1929, la Ville cède la majeure partie du parc à la nouvelle Société des Nations (SDN) qui offre en échange à la Ville les parc Moynier et Bartholoni (La Perle du Lac). Cet accord permet à la SDN d’édifier le Palais des Nations et à la Ville de disposer d’une continuité de parcs majestueux au bord du lac. En 1933, le Musée Ariana devient le musée suisse de la céramique et du verre.

Le parc offre une belle variété darbres: dans la partie basse, proche de la réplique de la cloche japonaise du Honsen-ji, 20 sakuras plantés en 2014 constituent un ensemble unique à Genève, leur fleuraison printanière est spectaculaire. Un peu plus haut, le parcours débouche sur des cèdres centenaires aux branches impressionnantes, un chêne d’une beauté rare trône au milieu de la prairie voisine. Une allée de magnolias à grandes fleurs conduit de l’avenue de la Paix au Musée.

Gestion écologique

Les espaces verts de la Ville sont gérés de façon écologique et sans produits chimiques. Au parc de l’Ariana, la biodiversité est favorisée notamment par de grandes prairies et des arbustes indigènes.

Parc de l'Ariana

Avenue de la Paix

Voir sur le plan
Voir dans Streetview

Article modifié le 03.07.2020 à 11:16