Cet havre de détente situé au bord du lac abrite une forêt de séquoias centenaires et des pelouses généreuses.

Article associé dans thèmes

Texte

Le parc Barton se situe entre les parcs William Rappard et de la Perle du Lac; il offre une promenade et des paysages spectaculaires. Au haut du parc, le long de la rue de Lausanne, une trentaine de séquoias géants accompagnés de nombreux sapins donnent au lieu des airs de cathédrale végétale unique à Genève.

Lieu de détente et de politique

Promeneurs et écureuils se croisent entre l'Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement situé au centre du parc dans la Villa Lammermoor (de couleur rose) et l’Organisation Mondiale du Commerce (ex-GATT) sise dans l'ancien bâtiment du Bureau International du Travail édifié en 1926 en bordure du parc William Rappard et de la forêt de séquoias.

Histoire du parc

Avec ses chemins tortueux et sa végétation à l’apparence sauvage, le parc Barton est typiquement un jardin à l’anglaise. Il tire son nom de son dernier propriétaire, Sir Daniel Barton. En 1935, Alexandra Barton-Peel lègue le parc Barton à la Confédération avec l’obligation de préserver la forêt de séquoias géants qu'il abrite.

Vélos

Les piétons sont prioritaires. Les cyclistes ont la possibilité de traverser les parcs Barton, William Rappard, de la Perle du Lac, Moynier et Mon Repos exclusivement sur le parcours balisé mixte piéton-cycliste.  Les cyclistes doivent rouler prudemment et s'arrêter lorsque la sécurité l'exige.

Les vélos à assistance électrique pouvant atteindre une vitesse maximale de 25 km/h sont autorisés, mais pas ceux pouvant atteindre 45 km/h ne peuvent circuler qu'avec le moteur arrêté. 

Les petits vélos d'enfants en âge préscolaire peuvent circuler n'importe où dans le parc.

Chiens

Les chiens ont accès aux chemins à condition d’être tenus en laisse.
Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la page destinée aux propriétaires de chiens.

Parc Barton

Rue de Lausanne

Voir sur le plan
Voir dans Streetview

Article modifié le 18.02.2020 à 11:44