Cette page est également disponible en English !

Anecdotes du quartier Saint-Jean/Charmilles

Le saviez-vous? Le quartier Saint-Jean Charmilles a abrité un zoo ainsi que plusieurs philosophes des Lumières… mais peu de bars!

Image

Un zoo à l’histoire mouvementée

Entre 1935 et 1940, il y a un zoo à Saint-Jean en bordure de l’avenue d’Aïre. Un jour de juillet 1935, une cinquantaine de singes s’échappent. Pendant plusieurs semaines, ils sèment une joyeuse pagaille dans tout le quartier. Certains colonisent même les marronniers de la campagne Masset!

En 1940, le zoo ferme suite à des difficultés financières et vend ses animaux. Des paysans achètent alors un éléphant pour Fr. 800.-, espérant économiser l’achat d’un tracteur. L’animal se révèlant trop paresseux, ils finissent par le revendre au cirque Knie.

Des rues aux noms des Lumières

A Saint-Jean Charmilles, de nombreux noms de rues évoquent les philosophes des Lumières qui ont marqué Genève, comme Voltaire et Mme de Staël. Il y a même une rue de l’Encyclopédie pour honorer leur travail collectif.

Les rues rappelant les œuvres de Jean-Jacques Rousseau, né à Genève, sont les plus nombreuses: avenue du Devin-du-Village, sentier du Promeneur-Solitaire, rue du Contrat-Social, rue des Confessions… La rue de Warens rappelle la baronne qui était sa tutrice et sa maîtresse et celle d’Ermenonville le village français où il est mort.

Ces dénominations sont à mettre en rapport avec la célébration du 200ème anniversaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau en 1912. A l'époque, la commune du Petit-Saconnex avait prévu la construction d'un nouveau quartier en haut de Saint-Jean. Elle décide de l'appeler le "nouveau quartier Jean-Jacques" et de donner à ses futures rues des noms qui rappellent l'écrivain et philosophe genevois. 

Bars rares dans le vieux Saint-Jean

Par rapport à d’autres quartiers populaires, le vieux St-Jean est plutôt pauvre en bistrots et autres cafés. Cette particularité viendrait de l’histoire du quartier. On dit qu’un riche propriétaire du quartier a fait don d’une partie de ses terres au XIXe siècle, mais à la condition qu’on n’y établisse aucun débit de boisson.

Sources:

Notez cet article

Merci d'avoir partagé votre avis !

Article modifié le 26.02.2020 à 13:01