photo à un marché au puce

Dossier d'information Le changement climatique à Genève

Je partage, j’échange, je crée et je répare

La surconsommation d’objets, appareils et habits contribue au réchauffement climatique. En partageant ou en empruntant les objets peu utilisés, on évite à chacun-e de devoir les acheter. Et en réparant (ou en faisant réparer) des appareils ou habits endommagés, on prolonge leur durée de vie. Au final, en prolongeant la durée de vie des objets du quotidien, on les valorise et on les apprécie d'autant plus.

Image
Climat - Je partage, j’échange, je crée et je répare

Le saviez-vous?

Selon la Plan Climat cantonal, les biens de consommation et le fret représentent ensemble 16% de l'empreinte carbone des genevois-es. De plus, un grand nombre d’objets ont une durée de vie très courte et contribuent à l’amoncellement des déchets sur la planète.

Comment agir ?

  • Avant d'acheter quelque chose, je me pose les questions suivantes: Ai-je vraiment besoin de cet objet ou est-ce juste une envie passagère, un coup de tête? Est-ce un objet de qualité, durable, ou bien faudra-t-il rapidement le remplacer? En ai-je vraiment besoin dans la durée ou puis-je trouver une solution temporaire?
  • Je privilégie les objets réutilisables et réparables: Utiliser le site www.ge-repare.ch pour trouver des adresses de réparateurs ou réparatrices. Le Fédération Romande des Consommateurs organise aussi parfois des cafés-réparation lors de diverses manifestations.

Pensez-y!

Beaucoup de produits bon marchés sont impossibles ou trop chers à réparer. Il s’agit donc d’anticiper en achetant des produits de plus grande qualité, qui sont plus faciles à réparer. Parfois l’investissement initial est plus élevé, mais on y gagne à long terme.

Article modifié le 19.05.2020 à 09:01